Sun Ra (1914-1993)

Piano et autres claviers, percussions et bizzareries

      Dès que j'ai comencé à jouer, j'ai dédié ma musique non à l'homme mais au créateur de l'univers, afin de lui montrer que, sur cette planète pleine de mort et de desctruction, quelqu'un comprend tout ce qu'il a fait de beau[...]. J'espère aussi enseigner ce qu'a pu produire la race noire : autre chose que des idées religieuses et politiques, que toutes ces futilités habituelles...
Sun Ra
      Cosmique, interplanétaire, solaire, supersonique, héliocentrique, futuristique, céleste.

   Ces albums sont selon nous ce qu'il a fait de meilleur, ce qu'il faut écouter en priorité.
Sound Sun Pleasure : le début des enregistrements de Sun Ra chez Satrun dans les années 50, assez classique mais typique. hour of parting
Angels & Demons at Play/The Nubians of Plutonia : ces quatre albums sont une partie des quelques 200 que Sun Ra a enregistré pour Saturn et qui sont en cours de réedition. between two worlds
Super Sonic Jazz . india
We Travel the Spaceways/Bad and Beautiful . interplanetary music
Visits Planet Earth/Interstellar Low Ways . el viktor
Monorails and satellites : premier album en solo. Excellent. space towers
Sun Song : un enregistrement mémorable qui préfigure la musique qu'il fera plus tard. brainville
Sound Of Joy . el is a sound of joy
Cosmic Tones for Mental Therapy/Art Forms of Dimensions Tomorrow . voice of space
Atlantis : le morceau atlantis dure 22 minutes, trois batteurs, des claviers électroniques, deux trompettes, deux trombones, trois altos, un tÚnor, une clarinette basse et Pat Patrick au bariton. Mu
Futuristic Sounds Of Ra : les instruments électriques prennent plus de place dans le travail de l'Arkestra. the beginning
The Heliocentric Worlds Of Sun Ra Vol.2 enregistré en 1965 : un monument indispensable du free-jazz.
The Magic City : le morceau en extrait dure plus de 27 minutes. the magic city
Space Is The Place : B.O. du film de 1972 space is the place qui n'est jamais sorti. calling planet earth
Solo Piano Vol.1 : en 1977. cosmo rythmatic
The Heliocentric Worlds Of Sun Ra : en 1982.
Reflections In Blue : le début d'une suite d'enregistrement consacrés au blues et au jazz "convetionnel" en 1986. state street chicago
Sun Ra Sextet At The Village Vanguard : en 1993. theme of the stargazers
Mayan Temples : en 1997, l'un des meilleurs des derniers enregistrements de Sun Ra. disciple no.1
Space Is The Place : sorti en 1999 : un des albums à conseiller pour débuter Sun Ra. space is the place


      Sun Ra est une personne floue, on ne sait pas son vrai nom ni exactement sa date de naissance. Il est resté totalement distant de la scène jazz jusqu'en 1950, où il se produira en trio sur un instrument électrique, clavier qu'il a lui-même bricolé et qui évoque les ondes Martenot.
      C'est alors que commence sa vraie carrière, pionnier de la musique électronique, mais aussi de la musique associative : son Arkestra fonctionne dès le début comme une coopérative, système qui se généralisera parmi les musiciens de Chicago dans les années 60.
      Comme chez Duke Ellington, on y retrouve un noyau dur partiquement inamovible avec John Gilmore (saxophone ténor), Marshall Allen (saxophone alto), Pat Patrick (saxophone baryton) et Ronny Boykins (batterie), ansi que des passagers comme Charles Davis (saxophone alto), Julian Priester (trombone), Wilbur Ware (basse)(a joué avec Monk), ...
      Dirigé par une main de fer dans un gant de velours, l'Arkestra combine ingénieusement la grande tradition des big bands de l'ère swing, la souplesse rythmique du Bop, la richesse des timbres ellingtoniens et une liberté d'improvisation collective limitée mais alternant avec des riffs très élaborés. Sun Ra a ansi exercé une influence considérable sur toute l'avant-garde.


THERE

There is a land
Whose being is almost unimaginable to the
Human mind.
On a clear day,
We stand there and llok farther than the
ordinary eye can see
Far above the roof of the world,
We can encompass vistas of the worlds.

There is a land
Where the sun shines eternally . . .
Eternally eternal:
Out in outer space
A living blazing fire,
So vital and alive . . .
There is no need to describe its splendor.
by Sun Ra © 1966
©Gadds & Bretton design