Charles Mingus (1922-1979)
Basse - Piano
      Les subtilités rythmiques de Max Roach ne pouvaient être plus appropriées, ni sonner plus authentique; et Mingus, les yeux clos, se laissait porter par chaque coup de vent harmonique, y ajoutant un nouveau contrepoint comme s'il avait joué ce thème - african flower - toute sa vie. C'était un de ces moments mystiques où nos trois muses n'étaient plus qu'une. Nous n'avons enregistré qu'une prise, j'étais aux anges.
Duke Ellington (à propos de la séance Money Jungle)

      Il a apporté un nouveau souffle au jazz, dès les années 50, en exploitant l'écriture et la composition beaucoup plus que le Be-Bop classique. Ce n'est pas pour autant qu'il néglique la musique des autres (écoutez Money Jungle pour entendre de quoi je veux parler).

   Ces albums sont selon nous ce qu'il a fait de meilleur, ce qu'il faut écouter en priorité.
Pithecanthropus Erectus : l'expression explosive de l'écriture de Mingus love chant 
The Clown : en 1957 et dans la continuité  the clown 
Mingus Ah Um : sublime ballade goobye pork pie hat (en extrait)  goodbye pork pie hat 
Blues and Roots : la grande équipe qu'a formé Mingus s'attaque au Blues, à sa façon  moanin' 
Mingus Dynasty : en 1959
Reincarnation of a love bird : il réenregistre en 1960 un de ses standards.  reincarnation of a love bird 
Mingus at Antibes :  folk forms I 
Tijuana Moods : enregistré en 1962 suite à un de ses voyages au mexique  Ysabel's table dance 
Mingus Mingus Mingus Mingus Mingus : excellent Better Get Hit in Yo' Soul 
Changes One : enregistré en 1974, cet album montre son retour vers les racines du jazz
Mingus at Carnegie Hall : la même année et en concert.
Mingus in Europe : sortie en 1993, cet album posthume rassemble le meilleur de ces derniers concerts en europe  titre inconnu 
©Gadds & Bretton design